Gestion Sanchez – Chambre régionale des comptes #1 – La ville

Nous commençons la publication, sous forme de « feuilleton », de la lecture faite par de simples citoyen(ne)s beaucairois(es) du fameux rapport de la Chambre Régionale des Comptes, qu’a voulu dissimuler sous le tapis le premier magistrat de la Commune.

Nous reviendrons, dans les jours prochains, sur le rôle, les attributions et la composition de cette C.R.C. Aujourd’hui, la lecture de Didier et Françoise sur le constat concernant la ville et sa population: LE COMPTE RENDU DE LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES SUR LA VILLE DE BEAUCAIRE

1/ Une ville peu intégrée à son territoire

Il n’y a qu’à se rendre sur la place de la Mairie pour s’en rendre compte. Le maire a fait disparaître les drapeaux de la Région et de l’Europe pour ne les remplacer que par des drapeaux français en proclamant :

« Beaucaire ville française« 

C’est oublier un peu vite que cette ville, bien que française, sans aucun doute, se situe sur un territoire qui comprend d’abord un département puis une région et enfin un pays. Nous n’avons pas l’impression d’habiter une île perdue au milieu de l’océan. La ville est limitrophe avec d’autres plus importantes : Nîmes, Arles et Avignon sans parler de sa voisine Tarascon avec qui elle communique très peu.

Les navettes de la ville n’y vont pas et pourtant il n’y a qu’un pont à traverser ce qui pourrait rendre service aux gens qui se rendent à son marché hebdomadaire et à la gare où un guichet de vente est toujours en service ce qui n’est pas encore le cas à la halte de Beaucaire. La navette n’est pas gratuite et requiert une inscription à la mairie (12€ pour les plus de 13 ans). La ville ne bénéficie donc pas de l’attractivité engendrée par ces villes. Réponse du maire : Pour la CRC, la ville ne bénéficierait pas de l’attractivité de Nîmes, Avignon et d’Arles triangle au centre duquel elle se trouve.

Comparer Beaucaire, ville de 16.000 habitants à ses voisines relève d’une vision partisane. Quitte à comparer ce qui n’est pas comparable (une commune de 16.000 habitants avec des villes de 50.000, 100.000 ou 150.000 habitants) la Chambre aurait pu indiquer que Beaucaire est en France comme Paris sans toutefois bénéficier des son attractivité. Elle peut toujours l’ajouter si elle le souhaite. Sa réponse dénote une vision limitée des influences d’une ville, quelle que soit sa grandeur, dans un périmètre économique et historique indéniable.

Le maire nous enferme au lieu de nous ouvrir aux autres. Le maire a-t-il au moins lu ce rapport et dans quel sens ?La liaison fluviale est aussi interrompue et isole encore plus la ville (mais ce n’est pas imputable au maire). La voie verte de Beaucaire n’est pas entretenue alors que c’est une superbe réalisation. La partie qui dessert le quartier Gaudon est à l’abandon . Les passages dans Beaucaire des deux voies Européennes EV8 ( Méditerranée à vélo ) et EV17 (ViaRhôna) de chaque côté du canal ne sont pas sécurisés alors qu’il y a beaucoup de place donc des aménagements en voie cyclable protégée possibles. Cela serait profitable également aux habitants. Il n’y a pas d’effort d’accueil vélo : les touristes s’arrêteront ailleurs !

2/ une population paupérisée

La médiane des revenus disponibles se situe en dessous du département et de la France. Le taux de pauvreté de la ville se situe à un niveau de 28 % alors qu’il est à 14 % en France. Au centre ville ancien dans le quartier dit ‘Les Cariatides’ (2500 habitants), il atteint un niveau record de 54 % habité par des locataires dans des logements globalement dégradés avec danger d’effondrement sur certains immeubles, notifié depuis longtemps mais visiblement pas encore résolu. Combien de temps encore ??? Manque cruel de logements sociaux même dans les programmes de construction les plus récents. Les ménages fiscaux imposés ne représentent que 34 %le taux de chômage atteint 24.2 %

Conclusion malgré le satisfecit global prononcé par le maire à la réception de ce rapport, on peut noter une grande différence entre son interprétation et celle des magistrats de la Chambre Régionale des Comptes. Gérer une ville sur le papier c’est facile mais en vrai bien plus compliqué surtout quand ça doit être bien gérée, une ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *