Tu parles Charles – Mon compte-rendu du conseil municipal du 15 décembre 2021

La fin d’année arrive à grand pas avec son lot, nous le souhaitons pour le plus grand nombre, de retrouvailles gastronomiques et familiales.
Dans un autre style, M. le Maire quant à lui nous a convié une fois n’est pas coutume à un banquet d’incorrections.
Dégustation par le menu :

Les amuses gueules

La maire est toujours aussi imbu de lui même, toujours aussi hautain et méprisant. L’ambiance de ce conseil est, comme à l’accoutumée, irrespirable. Et l’autosuffisant de nous proposer des délibérations pour corriger les erreurs des délibérations précédentes : quel étalage d’incompétence ! Et le même de refuser systématiquement de communiquer les éléments qui permettrait d’éclairer le conseil sur les décisions à prendre. Tout ça est exemplaire de la démocratie à la sauce Rassemblement National : votez à l’aveugle et en cadence ce que propose le chef sans possibilité ni de discussion, ni de vérification.

Les hors d’oeuvre

Rappeler encore une fois que l’amélioration de la desserte ferroviaire de Beaucaire, dont on se réjouit, c’est la Région et en rien la mairie. Avoir une desserte par train correcte, c’est une bonne chose pour les beaucairois et pour l’environnement même si elle reste à grandement améliorer. Redire les principes républicains et laïcs : l’argent public c’est pour l’école publique pas pour le privé. Je vote contre la participation de la commune au financement de l’enseignement privé, confessionnel de surcroit.

Le plat de résistance

Quatre délibérations concernant le personnel communal. Déjà, il faut savoir que les agents n’en peuvent  plus. Ils nous l’ont dit devant la mairie de bon matin.  La mairie leur doit des heures travaillées au delà du temps légal à partir de 2015, temps au delà même de l’augmentation du temps de travail à 1607H imposé par Macron. C’est dire ! Sanchez pire que Macron dans le domaine social et ce d’autant plus que le paiement des heures supplémentaires “normales” est très en retard et la le chef omniscient se défausse sur l’encadrement intermédiaire : minable.

Ces 1607 heures travaillées dans l’année, invention diabolique de Macron, Sanchez n’a de cesse que de vouloir les imposer aux agents communaux sans concertation et dans les pires conditions alors que les collectivités progressistes arrivent à adoucir les aspérités et faire des accords dans lesquels le personnel peut  à peu près se retrouver.

J’ai demandé le retrait de ces délibérations avec certains élus de l’opposition afin que la municipalité puisse prendre le temps de dialoguer avec les personnels concernés. Naturellement nous avons essuyé une fin de non recevoir.

Le dialogue social, Julien Sanchez ? connaît pas…

Alors bien sur vote contre et expression du soutien aux agents. 

Le dessert

Un soi-disant débat d’orientation budgétaire (DOB) bâclé par le vote sans discussion de la majorité municipale d’un rapport de propagande politicienne mêlant idéologie et autosatisfaction. Ce qui m‘a fait dire que ce DOB c’est de la daube.

Les mignardises

Le mépris antidémocratique de Sanchez pour la Chambre Régionale des comptes qui a eu l’outrecuidance de mettre à jour les faiblesses de sa gestion.

L’extension des carrières sans souci pour l’environnement : on extrait toujours plus pour plaire aux grands groupes du BTP…

Et cerise sur la gâteau du Sud Canal : énièmes bidouillages du dossier sans respect pour l’enquête publique en cours. Cette enquête publique il l’a bien dit, il s’en fiche. C’est encore ça la démocratie version Sanchez : l’avis des citoyens on s’en fiche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *