Tu parles Charles – Conseil municipal du 14 février 2022 2/2

La suite et la fin de mes commentaires sur la réunion du conseil municipal du 14 février dernier.

Sur les acquisitions et cessions immobilières

Des ventes d’immeubles communaux qui auraient pu être utiles à une politique communale publique de l’habitat et de réhabilitation du centre ancien. Mais la municipalité préfère s’en remettre au privé dans une logique libérale avérée.

On continue dans les achats de locaux commerciaux mais pourquoi faire ? Au vu du nombre de locaux vacants mis en location par la commune et qui ne trouvent pas preneur…

Peut-être faudrait-il envisager un local pour chaque modèle différent de Harley-Davidson pour remplir tous ces locaux…

Plus utilement, ils pourraient au moins être mis à disposition, ponctuellement, gratuitement, et rapidement des associations qui manquent cruellement de locaux pour se réunir. Pour mémoire il faut en moyenne 4 semaines de délais pour obtenir le prêt d’une salle de la part de la mairie…

Sur le contrat d’engagement républicain

c’est une démarche infamante pour des associations qui sont le coeur battant du vivre ensemble. C’est un machin ségrégationniste, inventée par Macron et sa clique au pouvoir. Le texte laisse honteusement croire que les communes subventionneraient des associations antirépublicaines. C’est une fois de plus une ingérence de l’état dans la libre administration des communes. Bref une crapulerie macronienne contre laquelle nous sommes vent debout

Et là que voyons nous ? Une municipalité qui l’applique avec zèle et dévouement !

C’est comme la loi sur les 1607h annuelles de travail dans la fonction publique territoriale qui est aussi une entrave à la libre administration des communes. Alors que certaines communes ont tout fait pour en minimiser la portée dans le dialogue et sans perdre de vue les enjeux de services publics. Certaines, les plus courageuses, ont même refusé purement et simplement l’application du texte.

He bien M. le Maire en propose une application servile et zélée. Tout opposant à Macron qu’il est, dès qu’il s’agit de mesures de régression sociale l’édile y trouve son compte.

Il a beau jeu après celà, devant les micros, de trouver Eric Zemmour anti-social…

Pour en revenir aux associations beaucairoises il faut par ailleurs rappeler que certaines d’entre elles qui font un travail remarquable pour la cohésion sociale et le vivre ensemble (aide aux devoirs, à la parentalité, alphabétisation etc.) ne sont pas subventionnées par la Mairie. C’est le cas du CFAE entre autre. Mais là aussi c’est du « social » alors ça n’intéresse sans doute pas M. le Maire qui préfère entretenir la division, le rejet de l’autre, de celui.le qui ne parle pas la même langue…

Contrat local d’aménagement CCBTA – Financement du palais des congrès

Sans revenir sur le fond de l’affaire qui oppose M. le Maire à la CCBTA on ne pourra que déplorer son laïus politicien, misérable et indécent contre la CCBTA et mes collègues d’Unis Pour Beaucaire.

C’est d’autant plus scandaleux qu’en grand démocrate notre maire ne fera pas paraitre au compte rendu de ce conseil les dires d’UPB, pas plus que les miens. Cette pratique à sens unique est une honte pour la démocratie. Je saisi l’occasion pour redire que les prises de position des oppositions doivent figurer dans les comptes rendus. Reste que la pratique du maire et de son équipe met en lumière ce qu’il adviendrait de la liberté d’expression si sa candidate, ou peut-être son candidat, on ne sait plus trop, arrivait au pouvoir en avril prochain. La municipalité de Beaucaire est, malheureusement, un exemple du danger de l’extrême-droite.

Pôle d’échange multimodal

Non M. le Maire n’y est pour rien dans l’augmentation de la fréquence des arrêts des trains à Beaucaire. C’est la Région Occitanie qui en a décidé ainsi. Alors que M. le Maire, lorsqu’il siège au Conseil Régional vote systématiquement contre toutes les délibérations de la majorité.

Contrat de relance du logement voulu par l’Etat

Même si nos n’approuvons pas la politique du logement de l’état macroniste qui parallèlement à cette relance du secteur privé a asséché le financement des bailleurs sociaux et les a quasiment ruiné, même si nous ne sommes pas d’accord avec cette philosophie de l’aide au logement, j’ai voté pour ce contrat qui amène de l’argent à la commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *